Cela s'est passé un 15 février..... au Second Empire et après...

Naissance de Charles-François Daubigny à Paris le 15 février 1817.

Issu d’une famille de peintres, Charles-François Daubigny est très tôt initié à l'art par son père, Edmé-François Daubigny.

Père, oncle et tante sont peintres ou dessinateurs. Tous trois ont suffisamment de talent pour être reconnus et avoir accès aux Salons.

François Daubigny fut l'un des peintres fondateurs de l’école de Barbizon.et fut considéré comme un des précurseurs de l’impressionnisme.

Les artistes peintres affluèrent pendant près de cinquante ans entre 1825 et 1875. Dans ce village de Barbizon qui comptait à peine 80 habitants, il y avait 120 peintres installés en 1870.

Pour financer ses voyages, il accepta des besognes alimentaires : vignettes pour prospectus, il collabora aux livres et journaux illustrés. Il fit aussi de la restauration de tableaux au château de Versailles.

En 1842, il épousa Marie-Sophie. Un an plus tard naît leur fille Cécile.Ils s’installèrent à Fontainebleau et Charles-François peut maintenant travailler au cœur de la nature.

En 1846, vint au monde leur deuxième enfant Charles-Pierre. Il sera surnommé Karl, sera peintre également. En 1853, ils ont leur troisième enfant, Bernard.

Peintre de l'eau, en 1857, pour être encore plus près du motif et de l’eau qu’il aime tant représenter, le peintre achète un bateau : le « Bottin »Il y fit aménager une cabane pour pouvoir s’y abriter et dormir.

En 1852, alors qu'il est de plus en plus remarqué, l'Etat lui achète deux toiles. L'une d'entre elles, « La Moisson » se trouve au musée d'Orsay.

Sa notoriété s'affirme, Napoléon III acheta, en 1857, le tableau, « Le Printemps »

En 1860, l'Empereur acheta «L'Etang de Gylieu» reconnu comme pur chef-d’œuvre pour la représentation des reflets dans l'eau.

« La Neige », ce tableau suscita des critiques des plus virulentes lorsqu'il fut présenté au Salon

de 1873, malgré cela, il obtint un grand prix, il se trouve au Musée d’Orsay.

L'oeuvre de Daubigny se compose de 725 toiles, 182 estampes, 113 œuvres sur papier. C'est entre 1860 et 1870 que François Daubigny a produit le plus de tableaux.

Pris d’un malaise cardiaque, il meurt le 19 février 1878 à l'âge de 61 ans. Enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris, il repose auprès de Corot, son ami de toujours.

Fanny